La première pierre de la culture

La bibliothèque « Raymonde Vincent » de la rue du 8 mai 1945  a du vibrer de tous ces livres samedi vers 15 h, indirectement un événement important la concernait.

Dans la cour de la mairie avait lieu la cérémonie de la « pose de la première pierre de la bibliothèque ». Pas question pour nous les bénévoles ( et nous sommes dix) qui assurons depuis 20 ans l’ouverture de ce service incontournable de la commune de manquer cette manifestation.  En effet, bien que largement dotée en livres divers, cette salle est devenue peu fonctionnelle pour l’utilisation qu’on en attend ce qui explique peut-être son manque d’attractivité.

Ce nouvel ensemble abritera la bibliothèque bien sûr, une salle d’archives municipales et le nouveau local du Club-micro.

Les travaux ont commencé il y a quelques semaines déjà… et est venu le jour d’attaquer la construction proprement dite. Josette GAUZENTES cheville ouvrière de ce projet était encore une fois mise à contribution pour la pose de cette première pierre, sous l’œil d’un public nombreux, Saint-Maurois ou non et adhérents du Club-micro spécialement venus pour la circonstance. Le maire, François JOLIVET,  se fait volontiers le « manœuvre » pour l’aider dans cette tâche inhabituelle. Puis les enfants ayant déposé la rituelle capsule contenant le parchemin-témoin, le maire nous invite à entrer dans la salle du Conseil pour y entendre les discours officiels (au chaud !!!).  Je ne relaterais pas ici  tout ce qui s’est dit… néanmoins voici quelques passages de l’allocution de François JOLIVET :

…  le diagnostic, avec Josette et sa commission à la culture (d’aujourd’hui et d’hier en pensant à ceux qui nous ont quitté…) a été qu’une population ne pouvait s’épanouir librement que si elle avait la capacité a faire élever les esprits de cette même population. A travers cette bibliothèque, et vous avez pu voir que les enfants qui nous entouraient lors de la pose de cette première pierre, en fait on pense à eux, on pense à élever les esprits on pense à faire en sorte que la culture entre dans la tête des gens. Élever les esprits, c’est les faire accéder à un temple de la connaissance, à un temple de la solidarité, un temple qui fait qu’on se retrouve autour d’ouvrages, autour de discussions, autour de pensées et quelque part dans un temple de la tolérance. Et quand on élève les gens on dépense de l’argent dans la culture… Josette vous êtes dans une commune qui dépense 8 fois plus que l’état, même à l’époque de Jack Lang qui disait que la culture devait représenter 1% du chiffre de l’état. Chez nous, à Saint-Maur, petite commune de l’agglomération, c’est 8% et pour autant cela ne nous empêche pas de faire autre chose. C’est tout simplement une priorité politique. Je souhaite que la population grandisse , en nombre ce n’est pas faux …. mais surtout qu’elle grandisse spirituellement, lorsqu’on accède à la connaissance, lorsqu’on referme un ouvrage ou qu’on l’ouvre et bien, si on a bien fait l’effort de lire et de comprendre cela veut dire qu’on s’est élevé et s’élever c’est ce qui compte dans la vie et peut être permet de mieux comprendre la vie.

La culture est une priorité parce que en en fait c’est un acte de solidarité pour une population. Une commune qui manquerait à cet acte de solidarité, c’est une commune qui n’a pas compris les enjeux de demain.

Josette porte la culture pour la commune de Saint-Maur. Elle est d’une pugnacité d’une volonté, elle donne d’elle elle sait re-séduire les anciens conseillers municipaux de sa commission pour revenir aider parce qu’en fait elle a donné envie.

Suivent les photos (merci Bernadette), mais ici les articles de la Nouvelle République ici ou ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *