La nuit du Polar : une équipe de choc

Mener une enquête…. quel rêve !!! C’était le « jeu » proposé ce vendredi soir et  organisé par les éditions La Bouinotte et l’agence communication Triple AAA dans les rues de Châteauroux.

Pas d’hésitations Madeleine, Mauricette, Bernard et moi même rejoignons  Karine la directrice de la médiathèque pour former une équipe. Elle nous entraine avec elle dans cette enquête nocturne. Martin a disparu… il faut le retrouver, nous devenons Marion qui se lance sur les traces de son fiancé….

On nous livre un petit sac, contenant la première lettre et le règlement.

D’abord trouver la twingo rose… Nous empruntons la « grande Échelle » et nous dirigeons vers la place de la République…. et là elle nous attend bien sagement

Elle nous indique qu’il faut trouver Martin…. alors nous nous mettons en route pour la gare !

Bien sûr Martin n’est pas là et il n’y a plus de doute…. il faut déposer plainte, ce qui est facile quand on sait qu’en face de la gare se trouve la police municipale. Et là, l’indice tombe : Rentrez chez vous !

C’est ce qu’on fait… dès que l’on a bien compris qu’on est dans un rôle et qu’il suffit de bien lire nos documents.

Et nous voici place Saint-Cyran où il nous faut à nouveau étudier les indices remis par un agent-(pas très)-secret  et tenter de trouver notre chemin.  Une moitié de photo plus tard et nous voici

partis en direction de l’Apollo et son expo. Mais, visite de la ville oblige… le monument des Combattants de 1870 mérite une petite attention.

Juste le temps d’un clic…. et nous sommes accueillis par la solex de M. TATI…

Pas le temps de faire un tour, mais le Festival Lisztomania se prépare non ? On sait que Martin est musicien… alors…Quel lien entre Mon Oncle, Tati et le Saint-Hubert, nous ne le saurons surement jamais… mais nous reprenons la route la rue  pour ce bar bien connu du centre-ville.

Ici c’est la foule…. il faut attendre son tour pour que deux charmantes jeunes femmes nous expliquent que notre moitié de photo représente Martin et qu’un message nous attend. Nous ne sommes pas seuls à tenter de décrypter ce sacré de » BIP » de  message sur une partition à 6 ou 8 mains…. je ne m’en mêle qu’un instant… moi je prends les photos….

 

Mais la solution tombe comme une évidence, Martin ne peut être qu’à la porte qui s’appelle comme lui. La Porte Saint-Martin (ou de la vieille prison) a tôt fait de nous voir arriver…. mais nous ne sommes pas seuls, il faut attendre notre tour pour voir quel sort nous est réservé. Toujours pas de Martin en vue !

Là, on a la chance de se voir remettre l’autre moitié de la photo et il n’y a plus qu’à lire l’adresse du dernier rendez-vous : rue Alain-Fournier !

Oui mais elle est où la rue Alain-Fournier ?

Mais non c’est pas là ! On a du louper quelque chose !!! Reprenons les cartes ! Mais bon sang mais c’est bien sur ! Les Cordeliers, c’est par là !

Arrivés ? Non pas encore tout à fait ! On apprend que notre Martin est retrouvé…. mal en point mais vivant. Et aussi que notre enquête est terminée et que les artistes nous attendent.

Alors l’an prochain…. une prochaine fois, combien de participants enquêteront ? Nous étions près de 400 cette première édition. On nous a dit que la même réalisation sur Toulouse quelques temps auparavant avait réuni… 600 personnes.

Bravo aux organisateurs d’avoir si bien su motiver les troupes !

Ça c’est ma vue des choses…. mais on peut trouver ici un résumé un peu plus complet :

http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre/Loisirs/24H/n/Contenus/Articles/2014/10/26/La-premiere-Nuit-du-polar-envoute-le-centre-ville-2094941

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.