Il paraît que c’est la vie

Le bonheur de vous avoir connues, vous avoir côtoyées ne nous fait pas oublier la douleur de vous savoir ailleurs aujourd’hui. Nous n’oublierons pas le sourire bienveillant de l’une et les éclats de rire de l’autre. Parties trop tôt, il restait bien des pages de l’histoire à écrire vous resterez dans notre souvenir et vivantes en nos cœurs.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.